Discrimination professionnel : comment procéder en cas de conflit ?

Dans votre milieu professionnel, vous vous sentez victime de discrimination en raison de vos caractéristiques génétiques, de votre couleur de peau, de votre sexe, de votre orientation sexuelle, de votre handicap, de votre apparence, de votre grossesse, de votre âge, de vos opinions, de vos convictions religieuses, de votre activité de syndicaliste, de votre situation familiale, de votre lieu de résidence ou encore de votre situation financière. Ce n’est pas une situation durable et acceptable. Vous vous demandez comment réagir afin de ne pas être marginalisé, désavantagé ou exclus par rapport aux autres salariés ? La discrimination au travail est une réalité contre laquelle il faut lutter. Suivez ces conseils !

Le phénomène de discrimination directe au travail

La discrimination directe au travail consiste à traiter défavorablement un salarié (disqualification professionnelle, salaire moins élevé, absence de versement d’une prime, etc.) par rapport aux autres sur la base de certains critères (âge, sexe, état de santé, origine ethnique, etc.) ou de dispositions prises par l’employeur. Au niveau de la loi, une différence de salaire entre les employés d’une même entreprise doit reposer sur des critères objectifs (compétence, résultats, ancienneté dans le poste, pénibilité, etc.) et pas sur d’autres critères plus subjectifs et discriminatoires. Tous les différents types de discrimination sont interdits par le Code du Travail (art. L.1132-1) sur la base de 20 critères clairement identifiés. Cependant, un comportement discriminant peut prendre des formes indirectes ou plus insidieuses.

Le phénomène de discrimination indirecte au travail

Ce type de discrimination indirecte résulte la plupart du temps d’une décision non intentionnelle. Par exemple, l’application d’une décision d’embauche à priori neutre (exiger d’être issu d’une grande école) peut être une discrimination indirecte pour les candidats issus des minorités ayant le même niveau de diplôme, mais pas le même cursus scolaire. De nombreux autres critères non professionnels constituent un frein à l’embauche. L’accès à une promotion professionnelle ou à un stage peut être refusé à un postulant âgé de plus de 50 ans, à une femme, à une personne obèse, à une personne de couleur ou encore à une personne en situation de handicap. De la même façon, les comportements inappropriés d’un employeur envers une femme ou un homme peuvent aboutir à des différences de traitement en cas de refus de l’employé. Ces désavantages réels sont basés sur des considérations personnelles de l’employeur ou sur un critère non professionnel. Ils représentent une expérience traumatisante pour un nombre important de candidats à l’emploi et de salariés.

Comment réagir face aux discriminations professionnelles directe et indirectes ?

Sachez que vous pouvez être accompagné si vous êtes victime de comportement discriminant au travail. Les relations professionnelles restent difficiles à gérer sans protection juridique et sans une bonne connaissance de vos droits. La mise en oeuvre d’une médiation peut s’avérer très bénéfique dans une situation de discrimination au travail. Sans engager de procédure lourde, une démarche à l’amiable avec votre employeur peut mettre fin à de mauvaises relations entre employés, à une situation discriminante ou à un problème de harcèlement au travail. Un médiateur se tient à votre écoute, analyse votre situation, vous accompagne et agit en toute bienveillance. Il prend en compte votre problématique et vous aide à trouver une issue favorable. Si vous vous sentez victime de discrimination professionnelle directe ou indirecte, ne restez pas sans solution et faites appel à un médiateur !