Comment savoir si les conflits au travail viennent de vous?

Lorsque vous parlez de collègues cauchemardesques, de ces personnes qui rendent l’environnement de travail toxique, il est facile d’obtenir des hochements de tête enthousiastes de consentement et des regards complices. Tout le monde a pensé qu’un certain collègue avait un effet négatif sur le climat général du bureau et l’esprit d’équipe. On pourrait penser que ce type d’argument est presque universellement accepté, mais on pourrait alors se demander comment la présence d’éléments toxiques peut être expliquée dans presque tous les lieux de travail. Et si vous étiez le collègue cauchemar au sein de votre équipe, le réaliseriez-vous ? Probablement pas. Ce sujet, contrairement à ce que vous pourriez penser, a été traité non seulement par des blogs personnalisés. Voici les signes que le problème dans votre environnement de travail non vivable pourrait être vous.

1. Vous sentez-vous comme un “martyre” du travail

Pensez-vous que, dans votre équipe, tout le monde travaille moins et moins bien que vous ? Pensez-vous que le poids de tout le travail du bureau entier repose sur vos épaules, que c’est toujours à vous de réparer la misère des autres et que personne ne travaille aussi dur que vous ou ne vous apprécie vraiment ? Mauvaise nouvelle, il est fort probable que vos collègues vous perçoivent comme égoïste. Ce que vous percevez comme de l’engagement et de l’abnégation peut apparaître aux yeux des autres comme un désir de se surpasser en défigurant vos collègues. Demandez-vous ce que vous savez vraiment de vos collègues, ce que vous savez de leurs objectifs et des difficultés qu’ils rencontrent. Si la réponse est très peu, il peut y avoir un problème de communication à la base. Pour changer cela, vous pouvez essayer d’interagir davantage avec des collègues que vous connaissez peu ou pas du tout, pour essayer de comprendre leur point de vue sur le travail que vous faites ensemble. Faire preuve de respect et d’appréciation envers les autres, se montrer compréhensif envers leurs besoins et leurs difficultés et apprendre à déléguer est les moyens les plus simples pour ne plus être perçu comme l’équivalent professionnel de la classe geek.

2. Pensez-vous que l’estime des autres ne peut être gagnée que par la compétence professionnelle ?

Être capable et efficace dans son travail est bien sûr essentiel. Certains estiment cependant que pour faire ressortir au mieux ces qualités, il est nécessaire de maintenir une attitude détachée et professionnelle, qui est souvent perçue comme froide. La raison pour laquelle vous accordez de l’importance à la chaleur des gens est un réflexe évolutif, qui vous amène à essayer de comprendre le plus rapidement possible si l’individu avec lequel vous traitiez est un rival potentiel ou un allié potentiel. Ce qui est perçu comme une véritable chaleur humaine transmet l’idée que le sujet est bien intentionné à votre égard et crée une sorte de préjugé positif, de sorte que vous êtes plus enclins à pardonner les erreurs et à les considérer comme involontaires plutôt que malveillantes. La chaleur humaine sur le lieu de travail ne doit cependant pas être comprise comme une confiance excessive ou artificielle, il n’est pas nécessaire, voire inapproprié de déplacer les discussions à un niveau privé avec des collègues que vous venez de rencontrer ou d’envahir l’espace personnel des autres. Les comportements qui déterminent la perception d’une personne comme étant chaude ou froide sont beaucoup plus subtils. Chercher et maintenir un contact visuel, montrer de l’attention aux autres lorsqu’ils présentent un concept, éviter la confiance en soi par exemple, vérifier le téléphone pendant une réunion, intervenir sans interrompre. Souvent, l’absence de ces comportements est dictée par la timidité, plus que par un sentiment de supériorité, mais il faut faire attention à la perception des autres pour éviter d’être mal compris.

3. Vous êtes attentif aux règles

Les règles sur le lieu de travail sont essentielles, vous êtes tous d’accord sur ce point. Cependant, même les plus scrupuleux d’entre vous doivent reconnaître que toutes les règles ne sont pas les mêmes. Les règles fondées sur la sécurité, la légalité ou l’éthique, par exemple, devraient certainement être suivies sans exception, tandis que celles qui sont établies simplement pour faciliter la vie sur le lieu de travail peuvent être envisagées avec un peu plus de souplesse. Toutes les règles qui concernent des domaines tels que la gestion des processus et l’organisation générale du travail, par exemple, n’ont de sens que si elles atteignent réellement les objectifs qu’elles se sont fixés. Dans certains cas, il peut arriver que la violation d’une coutume plus ou moins réglementée élimine un problème à court terme ou aide à atteindre un objectif plus large. Certains d’entre vous, cependant, ne peuvent tout simplement pas supporter l’idée qu’une règle puisse être enfreinte, et vous êtes déterminés à prendre des mesures fermes contre les transgressions les plus inoffensives. Si vous vous reconnaissez dans ce portrait, si l’idée même d’ignorer une règle vous fait sombrer dans l’anxiété, sachez que vos collègues ne regardent probablement pas d’un bon œil ce trait de votre caractère. Être trop rigide, même lorsque les conséquences de la flexibilité ne sont pas négatives, n’est pas une bonne idée pour les membres de l’équipe. La seule solution possible est d’accepter la complexité des situations et d’apprendre à évaluer au cas par cas quand il est juste d’être inflexible et quand on peut fermer les yeux pour le bien commun.