L’allongement du temps de travail détériore la perception de la santé des salariés

Le travail et la santé ne font pas parfois bon ménage. Cette fois-ci, c’est une étude qui démontre que l’allongement du temps de travail détériore la perception de la santé des salariés. Si le temps de travail hebdomadaire augmente ne serait-ce que d’une heure, les employés pensent que leur santé est affectée, qu’ils ont besoin que leur employeur leur donne droit à un congé pour se reposer. Quels sont les risques d’un allongement du temps de travail sur la santé ? Travailler plus peut-il nuire à notre espérance de vie ? Existe-t-il un moyen de prévention de cette sensation d’être tombé malade ? A-t-on réellement besoin d’une ordonnance pour un jour de repos ou pour travailler moins ? La situation est-elle la même face à la pandémie de coronavirus ? Qu’en est-il de la sécurité sociale ? Faut-il une intervention du gouvernement ou du ministre pour revoir la loi et le droit des travailleurs au sujet de l’allongement du travail ? Cette étude sur la santé et allongement du temps de travail pourrait apporter des éclaircissements à toutes ces questions.

Les femmes et les familles avec enfants sont particulièrement touchées

L’allongement du temps de travail peut parfois fausser la perception de la santé chez les salariés. Parfois, une petite augmentation d’une heure suffit pour que les employés du secteur public donnent une mauvaise note à leur propre santé et aillent beaucoup plus souvent chez le médecin. C’est en tout cas le résultat d’une étude menée par un groupe de recherche de l’université Martin Luther de Halle-Wittenberg (MLU) et de l’université Friedrich Alexander d’Erlangen-Nuremberg (FAU), récemment publiée dans la revue “Labour Economics”.

L’étude des chercheurs de Halle et Erlangen est l’une des premières à examiner le lien entre l’augmentation du temps de travail hebdomadaire et ses conséquences sur la santé. “Les analyses descriptives montrent souvent une corrélation positive entre la santé et le temps de travail, par exemple lorsque des personnes en bonne santé travaillent également plus longtemps”, explique le professeur Christoph Wunder de la MLU, qui a réalisé ce travail avec le Dr Kamila Cygan-Rehm de la FAU. Jusqu’à présent, on sait peu de choses sur les effets  de l’allongement du temps de travail sur la santé des gens”, a déclaré l’économiste de Halle. “Prouver un effet causal de l’allongement du temps de travail sur la santé est empiriquement très difficile, car il faut exclure les facteurs non observés – par exemple, la motivation intérieure – qui peuvent conduire à la fois à un allongement du temps de travail et à une amélioration de la santé, et donc fausser l’effet causal direct”, déclare le Dr Kamila Cygan-Rehm de la FAU.

Pour mieux comprendre ce lien, l’équipe de recherche a évalué les données du panel socio-économique de 1985 à 2014. Il s’agit de la plus vaste et de la plus ancienne étude à long terme. Dans celle-ci, plus de 12 000 ménages privés, des hommes, des femmes, ont été interrogés à intervalles réguliers pendant plus de 30 ans sur leurs conditions de vie. Les données du SOEP fournissent des informations sur, par exemple, l’éducation, la santé, les revenus, l’emploi et la satisfaction de la vie. “Comme les mêmes personnes sont interrogées chaque année pour le SOEP, il est également possible de retracer les tendances à long terme et les réactions aux changements externes, comme les heures de travail”, explique M. Wunder.

Une heure supplémentaire par semaine a déjà un effet

Le groupe de recherche a constaté que même une augmentation d’une durée d’une heure avait des conséquences importantes : la santé auto-évaluée des personnes interrogées a diminué de deux pour cent, tandis que le nombre de visites chez le médecin a augmenté de 13 pour cent. Les femmes et les familles avec de jeunes enfants ont été particulièrement touchées par ces effets négatifs. “On peut supposer que les effets sont plus forts parmi ces groupes car ils disposent de budgets temps très limités en dehors de leurs heures de travail. Si les heures de travail augmentent, la pression du temps en dehors du travail augmente également”, explique M. Wunder.

L’étude comprenait exclusivement des données provenant de salariés des anciens États fédéraux qui étaient employés dans le secteur public ou travaillaient comme fonctionnaires. “Les employés du secteur public ont tendance à être plus enclins à adopter de nouvelles réglementations sur le temps de travail hebdomadaire que les salariés du secteur privé, qui sont en mesure d’adapter les heures supplémentaires, par exemple, en cas de modification des heures de travail convenues collectivement et donc de maintenir le temps de travail hebdomadaire constant. Les employés du secteur public ont moins de flexibilité ici”, explique M. Wunder. Entre 1985 et 1991, le temps de travail hebdomadaire est d’abord passé de 40 à 38,5 heures. Plus tard, en Bavière et en Hesse, elle est passée à 42 heures par semaine pour les fonctionnaires. Dans les nouveaux États fédéraux, il n’y a pas eu de fluctuations aussi fortes.

L’étude ne permet pas de tirer des conclusions sur le temps de travail optimal. Toutefois, elle donne un aperçu des conséquences que peut avoir un changement, même minime.