Pourquoi le travail de nuit est-il si néfaste ?

Les médecins, les infirmières et les autres membres du personnel hospitalier le savent : le travail de nuit. Il est connu que le travail de nuit constant a un effet négatif sur la santé. Cela s’explique par le fait que manger et dormir se font à des moments différents. Mais le travail de nuit est-il généralement néfaste ? Quelles sont les conséquences (à long terme) du travail de nuit et comment peut-on y remédier ?

Le travail posté à long terme est probablement cancérigène

Le Centre international de recherche sur le cancer a classé le travail posté de longue durée associé aux troubles circadiens comme ayant tendance à provoquer le cancer. Les troubles circadiens se caractérisent par des perturbations du rythme, qui sont causées par une désynchronisation du rythme endogène veille-sommeil et du cycle clair-obscur.

Des études individuelles sur les hôtesses de l’air et les infirmières ont également confirmé l’expérimentation animale. Les changements continus dans la séquence biologique veille-sommeil et la lumière artificielle pendant la nuit peuvent favoriser l’apparition de tumeurs à long terme. Cependant, selon les chercheurs, l’ampleur exacte du risque de conséquences à long terme sur la santé dépend du modèle de temps de travail utilisé.

Travail de nuit : effets physiques et psychologiques

Dès 1992, la Cour constitutionnelle fédérale a déclaré que le déploiement régulier de nuit était “fondamentalement nuisible à tout être humain”. Les médecins et les scientifiques confirment ce risque sanitaire par de nombreuses enquêtes.

Les scientifiques de l’Université de la Ruhr à Bochum (IPA) sont arrivés à la conclusion que les infirmières travaillant en équipe qui ont été examinées n’avaient pas de longues périodes d’obscurité. Cependant, ces phases sont pertinentes pour la synchronisation des horloges internes par le changement entre la lumière et l’obscurité. En outre, les phases assurent une bonne qualité de sommeil. On peut en conclure que les conséquences sur la santé en termes de baisse de la qualité du sommeil sont graves pour ceux qui travaillent par roulement.

Cependant, le travail de nuit constant ne réduit pas seulement la qualité du sommeil. Le fait que le rythme naturel veille-sommeil du corps ne soit plus présent peut entraîner des maladies. Outre le manque de capacité de réaction et de performance, des liens avec les maladies cardiovasculaires, les maladies de l’estomac, le diabète et les maladies mentales ont été établis.

En conséquence, le manque de rythme provoque des douleurs d’estomac, de la constipation et un système immunitaire plus faible. En outre, les douleurs dorsales et l’hypertension artérielle peuvent également être causées par un service 24 heures sur 24 malsain. L’agitation intérieure, l’irritabilité et la mauvaise humeur sont également des signes qu’il faut éventuellement réduire le service de nuit.

Chaque corps réagit différemment au travail de nuit

Néanmoins, tous les corps ne sont pas identiques. Alors que certains médecins ou infirmières n’ont guère de problèmes avec les changements de cycle de sommeil normal, le corps d’autres personnes peut difficilement suivre le travail de nuit ou le travail posté. On ne peut donc pas parler d’une “souffrance du travailleur posté” spécifique.

Cependant, il est clair que personne ne peut travailler sans arrêt la nuit pendant une longue période. Les maux de tête, les tremblements de mains, la fatigue chronique et le manque de concentration apparaissent donc en premier lieu lorsque les personnes sont privées de sommeil pendant de longues périodes. Les affections chroniques ou les maladies que nous venons de mentionner ne s’ajoutent que lorsque les médecins et les infirmières sont constamment en service de nuit. Ce n’est pas forcément le cas, mais au moins la probabilité statistique de tomber malade augmente énormément.

Comment pouvez-vous renforcer votre santé ?

L’étude de Bochum est arrivée à la conclusion que pour les soignants travaillant par roulement pendant le sommeil de jour, l’obscurcissement de la zone de sommeil est extrêmement important afin de maintenir les phases d’obscurité et d’augmenter ainsi la qualité du sommeil. En effet, les conséquences à long terme peuvent être atténuées.

Comme les médecins, les infirmières et le personnel médical bougent souvent moins et mangent moins, vous devez également vous assurer que vous faites suffisamment d’exercice. Une alimentation saine et équilibrée ne doit pas non plus être négligée.

Dans ce contexte, une recommandation est que les deux repas principaux devraient idéalement être pris en même temps à midi et en début de soirée. De même, des collations régulières de moindre importance peuvent réduire une forte baisse du taux de sucre dans le sang. En outre, il faut veiller à ce que la nourriture ne soit pas trop difficile à digérer pendant le travail de nuit, car l’appareil digestif est programmé pour se reposer la nuit.

Il faut faire attention au café pendant le travail de nuit : comme la caféine n’agit complètement qu’après les heures de travail, le café doit être consommé avant le travail de nuit. Sinon, il y a un risque que le sommeil soit perturbé après le travail de nuit. Si possible, les médecins et les infirmières doivent maintenir le même temps de sommeil pendant chaque quart de travail.